warning icon
YOUR BROWSER IS OUT OF DATE!

This website uses the latest web technologies so it requires an up-to-date, fast browser!
Please try Firefox or Chrome!

ARABIE SAOUDITE

Le processus d’ouverture politique du royaume s’accompagne d’un programme de réformes économiques afin de lutter notamment contre un taux de chômage important (entre 10 et 16 % selon les estimations). Le cap vers la restructuration de l’économie est maintenu dans un contexte extrêmement favorable, essentiellement dû au cours élevé du baril de pétrole.

Les grands axes fixés par le royaume : la diversification des ressources, la Saoudisation des emplois (application de la préférence nationale pour les emplois publics et privés), la libéralisation et l’entrée au sein de l’économie globalisée (suite à l’adhésion du pays en 2005 à l’Organisation mondiale du commerce, l’appel aux investissements étrangers (changement du Gouverneur de l’Autorité saoudienne pour les investissements en mars 2004) le développement du tourisme.

Population: 23 Millions
PIB : 580 (MDS $)
Croissance éco: 8 %
Inflation: 1.25 %
Importation: 75.5 (MDS $)
Balance commerciale 22.76 (MDS $)

Les privatisations sont entrées dans leurs phases de concrétisations. La question du financement des projets d’infrastructures (développement du réseau électrique, télécommunications, transports ferroviaires et routiers, aménagements urbains, dessalement, traitement de l’eau, des déchets, environnement, exploitation minière) n’est cependant pas résolue alors que les besoins sont estimés à 17 Mds USD par an au cours des 10 à 20 années à venir. L’excédent budgétaire exceptionnel (plus de 26 Mds USD pour 2004) dû au niveau de production pétrolière et aux cours du marché particulièrement élevés devrait y contribuer mais il demeure conjoncturel. Il a cependant permis le lancement du projet de la « King Abdullah City », gigantesque pôle urbain et technologique qui devrait voir le jour au nord de Djeddah (26,6 Mds USD d’investissements). (Photo ci-dessous)

L’industrialisation de l’Arabie Saoudite : depuis le début des années 70, plusieurs programmes ambitieux ont étés instaurés (développement industriel dans le cadre de la pétrochimie ainsi que l’industrie manufacturière légère).

Financement de projets industriels : création de plusieurs fonds d’investissements afin de financer des projets industriels viables avec un intérêt particulier pour les projets pétrochimiques (transformation).

Les 100 premières entreprises industrielles du royaume : le gouvernement à organiser un classement des 100 entreprises les plus performantes afin de les impliquer au sein de différents projets d’investissements de grande envergure. Ces projets sont gérés en collaboration avec des partenaires occidentaux.

Les fonds d’investissements : l’Arabie Saoudite compte plus de 180 fonds d’investissements de classe internationales, ces fonds d’investissements sont actifs pour 80 % des cas dans le domaine de l’industrie. Le Gouvernement Saoudien est conscient que l’avenir de l’Arabie Saoudite sera de développer les exportations hors hydrocarbures et profiter de l’aisance financière du pays pour investir massivement dans les opportunités industrielles qui se présentent.

Stabilité du pays : depuis sa création, le Royaume d’Arabie Saoudite est gouverné d’une main de fer dans un gant de velours par la famille AL SAOUD, qui fait durer la stabilité et la prospérité de ce pays malgré les différentes factions islamistes du pays.

Avec une croissance positive de 8% en 2011 et des prévisions de 8.5% pour 2012, malgré la conjoncture mondiale, ce pays développe discrètement des projets de tailles pharaoniques notamment avec le géant pétrolier ARAMCO et le pétrochimiste SABIC.

Infrastructure et projet immobilier : la décision du Roi d’éradiquer la pauvreté en Arabie Saoudite a permis de lancer d’important projets structurels notamment un programme de 500.000 logements par an et 50 hôpitaux par année, 4 universités et plusieurs pôles d’assistances sociales pour le travail et la formation professionnelle.

loading
×